+41 26 666 15 13

A l’ombre de tes ailes

Si j’ai écrit ces quelques lignes, c’est pour partager ce qui m’a relevée et qui me fait vivre aujourd’hui. D’une vie ordinaire, je suis passée à une vie pleine, heureuse, que je souhaite pour chacun.

Une vie ordinaire:

Je suis née en 1963 dans un petit village du canton de Fribourg. Enfant, j’aimais beaucoup aller à l’église. J’avais reçu une éducation religieuse catholique et, à la maison, ma maman m’avait appris à prier avant de m’endormir. Je me souviens de ces temps de prière avec ma grand-maman maternelle, alors qu’elle venait passer quelques jours chez nous. Des moments inoubliables, de joie et de tendresse. Pour moi, c’est donc d’une manière toute naturelle que Dieu faisait partie de ma vie. La nature était aussi un tableau témoignant d’un Créateur incroyablement puissant, et rien qu’à la contempler, elle me remplissait de bonheur. De près ou de loin, je côtoyais donc un Dieu que je savais vivant. Bien que je n’y prêtais pas trop attention, je savais me tourner vers Lui lors de difficultés.

A la recherche de mes racines:

L’envie m’était venue de participer à des cours bibliques puis de suivre un cours Alpha (rencontres de découverte de la foi chrétienne). En m’approchant des Ecritures, je m’approchais également de la source divine. Ceci m’a amenée à laisser tomber les croyances sans fondement souvent véhiculées par les religions ou dans l’air du temps, et à apercevoir un univers que je sentais vrai, mais pourtant encore inaccessible. Bien que je n’acquérais ainsi que des connaissances théoriques, c’est par ce biais que Dieu me prépara à ce qui m’attendait. Ce n’est qu’en 2006, lors d’une immense souffrance, qu’Il a pu me rejoindre.

Séisme sans préavis:

Dans ma petite cuisine, alors que je n’étais plus qu’un chiffon à terre, sans vie, j’ai eu cette sensation étrange que l’amour de Dieu se saisissait de moi, me ramassait, et me posait sur la croix, non pas pour me mettre à mort – c’était déjà fait – mais pour me (re)mettre debout et me (re)donner vie. Abandonnée à ma détresse, Dieu avait pu me rejoindre. Oui, l’amour de Dieu m’a cueillie, et j’en ai expérimenté la puissance. Alors que la relation avec mon mari avait cassé, je me suis sentie relevée et portée par Lui. Je goûtais à sa présence, et grâce à elle, j’osais regarder ma situation, l’affronter. Il ne m’a pas enlevé la souffrance mais, en m’accompagnant, Il m’a aidée à la porter. De la connaissance théorique, j’ai passé à un vécu très concret. Dès lors, dans ma misère, jamais je ne me suis sentie seule, jamais je ne me suis sentie désespérée. La force de l’amour de Dieu m’a restaurée. Malgré la douleur, le bonheur est entré en moi. J’ai pu pardonner.

Une vie extra-ordinaire:

J’ai compris que cette vie promise par Jésus n’était pas seulement une vie après ma mort terrestre, mais une vie maintenant, immédiate, offerte alors que je me laissais rejoindre par Dieu. Ainsi, j’ai décidé de lui faire confiance, de mettre ma main dans la sienne et d’ accueillir son amour.

Si l’année 2006 a été la plus dure de mon existence, elle a été la plus belle aussi.
Psaumes 63.7:  “Tu as été mon secours, et à l’ombre de tes ailes, je chanterai de joie.”

Depuis, ma vie a un sens, et un noyau de bonheur habite mon cœur. Comme le dit l’une de mes amies, Dieu est un gentleman, Il ne force pas, mais Il invite : « Si tu entends ma voix, et que tu ouvres la porte, j’entrerai chez toi et souperai avec toi, et toi avec moi » Apocalypse 3.20.

Je peux en témoigner : Lui ouvrir son coeur, Le rencontrer, c’est trouver la Vie.

Michèle

 

Sorry, the comment form is closed at this time.